INFOS COVID_19 : Les livraisons sont toujours assurées mais peuvent être retardées de quelques jours. Livraison gratuite par UPS & FedEx dans toute l'Europe - 100% Anonyme - DESTOCKAGE - Certification ORIGINALE - Détails & Finitions 100% fait main

Vendre ses culottes sales sur Internet, comment s’y prendre ?

Vous avez vu sur Internet qu'il y a de plus en plus de femmes qui vendent leurs culottes sales ou encore leurs sous-vêtements et vous vous demandez pourquoi cette pratique est de plus en plus connue et surtout comment faire pour vendre vos culottes sales à votre tour.

Pour présenter cette pratique, il faut savoir qu'elle nous vient tout droit de l'Asie, à savoir du Japon plus particulièrement. Au début des années 90, cette pratique a commencé à prendre de l'ampleur au Japon au point que des boutiques spécialisées ont vu le jour. Dans ces boutiques, il est possible d'acheter des culottes sales qui ont été portées par des jeunes femmes. Et cela ne se limite pas qu'aux culottes puisqu'on y trouve également des strings, des collants, des chaussettes et bien d'autres vêtements portés.

Les hommes qui achètent ce type de vêtements trouvent leur compte en prenant du plaisir à les renifler et à prendre du plaisir avec. De son côté, la femme permet de faire plaisir à un homme tout en gagnant de l'argent.

En Occident, il aura fallu attendre le début des années 2000 et plus particulièrement le début des années 2010 pour commencer à voir ce phénomène sur Internet. On trouve depuis de plus en plus d'annonces de femmes qui vendent leurs sous-vêtements sur les sites de petites annonces de ventes entre particuliers. Ainsi, il n'est pas rare de trouver ses annonces alors que cela l'était il y a une dizaine d'années et que la pratique était peu pratiquée.

Pourquoi vendre ses sous-vêtements portés ?

Mais alors, pourquoi les femmes aiment vendre leurs sous-vêtements ? Et bien il y a plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, cela permet de créer une forme de complicité entre l'homme et la femme. Il y a bien entendu un versant sexuel qui fait que la femme sait que l'homme va prendre du plaisir avec son vêtement. C'est aussi une occasion pour les deux personnes d'échanger sur leurs goûts et leurs préférences.

Egalement, cela permet à la femme de gagner de l'argent par ce biais. En effet, en fonction du vêtement et de différents facteurs comme la durée pendant laquelle il a été porté, une culotte sale se vend en moyenne entre 20 et 30 euros. Cela permet à beaucoup de femmes d'avoir un véritable complément de revenu sur Internet. Certaines qui sont très assidues et qui arrivent à bien se mettre en valeur arrivent à avoir un revenu complet. Cela demande du temps pour se créer une petite communauté d'acheteurs fidèles. Les réseaux sociaux sont donc un excellent moyen pour créer une communauté en ce sens. L'un des réseaux sociaux les plus utilisés par les femmes qui vendent leurs sous-vêtements portés est sans aucun doute Twitter. Il suffit de faire une recherche en utilisant les hashtags adéquats pour s'en rendre compte.

Mais aussi, des plateformes spécialisées ont été ouvertes pour permettre aux femmes de vendre leurs culottes sales en toute sécurité et aux hommes de faire leurs achats dans un espace dédié. Parmi les sites internet spécialisés on trouve notamment Panty Place qui permet aux femmes de vendre gratuitement leurs sous-vêtements portés. Ce site internet propose de nombreuses fonctionnalités comme une messagerie instantanée ou également la vente de fichiers multimédias comme des images, des audios et des vidéos. C'est un site internet qui se veut communautaire également et il est facile d'échanger entre les femmes et les hommes. Enfin, Panty Place dispose d'un service client réactif qui permettra d'avoir des réponses à ses questions.

 

Pour conclure cet article, la vente de sous-vêtements portés est en train de connaitre un essor pour de nombreuses raisons. Que ce soit grâce à la libéralisation des moeurs ou tout simplement à une ouverture d'esprit plus grande.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés